[ad_1]

Des hommes armés présumés d’un cartel de la drogue ont enlevé jeudi deux femmes soldats qui n’étaient pas en service sous la menace d’une arme pendant plusieurs heures, a annoncé l’armée mexicaine.

Le commandant du quartier général de l’armée dans la station balnéaire de Puerto Vallarta sur la côte Pacifique a déclaré que les deux femmes étaient en vacances là-bas lorsqu’elles ont été kidnappées juste après minuit.

« Ils ont été enlevés pour la simple raison qu’ils appartenaient à l’armée », a déclaré le général Vicente Pérez López. « Ils n’avaient rien à voir avec des problèmes opérationnels. »

L’armée a déclaré dans un communiqué que les deux hommes avaient été libérés plus tard jeudi, après environ 15 heures de captivité. La déclaration n’a pas précisé comment la libération a eu lieu.

Les deux hommes avaient loué une propriété à Puerto Vallarta et « profitaient de la plage … en vacances », a déclaré Pérez López, qualifiant cela « d’acte lâche ».

Le Mexique prévoit des revenus touristiques de 35 milliards de dollars en 2022
Une plage à Puerto Vallarta, dans l’État de Jalisco, au Mexique, le dimanche 23 janvier 2022.

Bloomberg


Il a déclaré que les ravisseurs étaient soupçonnés d’être membres d’un gang de trafiquants « en raison de la manière dont ils opéraient ».

Il a déclaré qu’une recherche avait été lancée par l’armée, la marine et la Garde nationale, y compris l’utilisation d’hélicoptères.

Pérez López a identifié les deux comme un sergent affecté comme employé de bureau et un sous-lieutenant qui enseigne dans une école militaire. L’armée emploie très peu de civils ou de sous-traitants extérieurs, et elle pourvoit la plupart des services – des hôpitaux et des écoles aux usines d’armement – avec son propre personnel.

Puerto Vallarta est dominée par le violent cartel de la drogue de Jalisco, qui a souvent ouvertement affronté l’armée. Le ministère de la Justice considère le cartel de Jalisco comme « l’une des cinq organisations criminelles transnationales les plus dangereuses au monde ».

Plus tôt ce mois-ci, le président Andres Manuel Lopez Obrador a confirmé que Le Mexique avait dissous une unité spéciale formé par les autorités américaines pour lutter contre les cartels de la drogue car il était infiltré par des criminels.

Dans tout le pays, plus de 340 000 personnes ont été tuées dans une vague de sang depuis que le gouvernement a déployé l’armée pour lutter contre les cartels de la drogue en 2006.

Le mois dernier, Lopez Obrador a accusé des émissions de télévision populaires de glorifier le commerce violent de la drogue. Il a critiqué les séries télévisées sur des plateformes telles que Netflix, affirmant qu’elles présentaient une version rose des modes de vie des trafiquants de drogue.

Les émissions présentent « des gangs de trafiquants de drogue, avec des acteurs, des hommes, de belles femmes, des biens, les dernières voitures, des bijoux, des vêtements de créateurs, du pouvoir », a-t-il déclaré aux journalistes.

« Usage excessif de la force » cité dans la mort d’un étudiant universitaire

Dans un autre incident mercredi, un membre de la Garde nationale quasi-militaire a ouvert le feu sur un véhicule, tuant un étudiant universitaire et en blessant un autre.

La fusillade s’est produite dans l’État de Guanajuato, en proie à la violence, où les autorités luttent depuis des années contre les cartels de la drogue et les vols dans les oléoducs appartenant au gouvernement.

La Garde nationale est contrôlée par – et largement recrutée par – l’armée, bien qu’elle soit censée être une force civile.

La Garde a déclaré dans un communiqué que l’une de ses patrouilles effectuait une mission de routine pour protéger les pipelines, lorsqu’elle est tombée sur deux véhicules qui cherchaient à partir.

La force a déclaré qu’un membre de la garde est « unilatéralement » sorti de son véhicule et a tiré sur l’un des véhicules, tuant un étudiant et blessant gravement une étudiante. Il a indiqué que le membre de la garde avait été remis aux procureurs civils.

Le gouverneur de Guanajuato, Diego Sinhue, a écrit dans ses comptes sur les réseaux sociaux qu’il condamnait la fusillade et l’avait qualifiée de « recours excessif à la force ».

« Nous accompagnerons et apporterons tout notre soutien à leurs familles afin que les autorités compétentes clarifient ce qui s’est passé et que justice soit rendue », Sinhue a écrit.



[ad_2]

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *